Extrait du livre "L'imposture de K." par Leandra K.

par Leandra K.

3 minutes de lecture.
Extrait du livre "L'imposture de K." par Leandra K.

Cher Journal,

Je suis ravie, j'ai encore un collègue qui est en train de préparer un livre. Ca me plait vraiment de voir que nous sommes de plus en plus nombreuses à prendre la parole ! Elle m'en a envoyé un extrait que voici:

Ce soir-là, mon cœur battait la chamade. Je me sentais comme dépourvue de tout bon sens, comme si le raisonnement avait quitté mon esprit. Il m’était très difficile, voire impossible de me raisonner, de réfléchir. Je décidais de faire le vide. 

Salvério n'était pas là, il ne pouvait subvenir à mes besoins. Je me trouvais alors, dans l'obligation d'agir. Si vous n'étiez plus dans un état « de vie » mais de « survie », que feriez-vous ?! Moi-même lorsque je me suis posé la question, je peux vous assurer qu'en une nanoseconde, toutes sortes de réponses me sont venues à l'esprit. Un braquage ou un cambriolage ? Vendre son corps ou vendre de la drogue ? Qu'il est étrange que dans chacune de mes réponses il n'y ait aucune solution, comment dirais-je, légale. Comme si le fait de travailler légalement m'était simplement inenvisageable. J'avais besoin d'argent dans l'immédiat et dans mon esprit, il était clair que de m'orienter vers d'autres solutions, autres que pôle emploi, ou bien encore les boîtes d'intérim, était pour moi la meilleure option. Au niveau du sens : c’est plus clair…si j’ai bien compris ce que tu veux dire bien sûr ! Depuis un moment déjà, je m'étais dirigée vers le métier « d'Escort girl » ou bien péripatéticienne ou bien prostituée de luxe (employez le terme qui vous conviendra le mieux) le ''sens'' n'y change rien, à mon sens. À vrai dire, il est évident que Salvério n'était pas pour rien dans le choix de ma décision (mais nous reviendront plus tard, dans un futur chapitre consacré à cela, sur les raisons profondes qui m'ont motivée à entreprendre ce chemin-là, plutôt qu'un autre).

Ce soir-là donc, je me retrouvais sans argent. Mais heureusement pour moi, j'avais assuré mes arrières. Quelques jours avant, grâce à l'intermédiaire d'un site de petites annonces suisses, je réussissais à prendre contact avec un client et mutuellement nous nous accordions respect et confiance. De ce fait j'avais « classé » machinalement ce client en plan B dans mon esprit. Il faisait désormais partie de mon « plan de survie ». Happée involontairement dans une comédie, il devenait le test... Je faisais tout ce qui était en mon pouvoir afin de ne pas le voir finalement dans mon esprit, comme un simple « prototype ». M'éloignant indirectement de la vérité, je me ''protégeais'' en quelque sorte, en décidant ce jour-là, de me mentir à moi-même. Je décidais de fuir la réalité alors que la réalité, elle, m’avait déjà dépassée de loin. Alors qu'une confirmation venait de m'être rendue, il était désormais temps. Me sentant dans l'incapacité de faire marche arrière, j'enfilais alors, le « costume ». Apprentie, je devenais « maître ».Tel un caméléon, je désirais ardemment passer pro dans l'art du camouflage. Je décidais tout simplement de m'adapter du mieux que je le pouvais à ce nouvel « environnement » qui m’était jusqu'alors inconnu.

Nous sommes en été et je porte une tenue « légère ». Légère, mais au grand jamais vulgaire. Intransigeante sur la nuance, il m'était primordiale de « savoir garder la classe en toute circonstance ». Ma mère, un de mes plus précieux exemples dans la vie, avait su créer une curiosité soudaine en moi la première fois où je remarquais qu'un homme posait les yeux sur elle. Ce jour-là, je pu constater avec beaucoup d'admiration quelle belle femme elle pouvait être. Classe et raffinée, non dépourvue de caractère, ses origines italiennes la trahissaient chaque fois que son regard plongeait dans le vôtre. S'il est dit que les yeux sont le miroir de l'âme, il faut que vous sachiez que ma mère avait une âme extraordinairement belle.

Réagissez à cet article!

folamour69
Ecrit par folamour69 le mai 17, 2021
et....?